Skip to content

Je kiffe trop tes lyrics

décembre 25, 2005

Bon la prochaine fois que vos parents vous ressortiront la musique dans mon temps c’était autre chose … je vous conseille ardemment de leur rappeler ces paroles de leurs guide spirituels

Hello, Goodbye des Beatles

You say yes, I say no
You say stop and I say go go go, oh no
You say goodbye and I say hello
Hello hello
I don’t know why you say goodbye, I say hello
Hello hello
I don’t know why you say goodbye, I say hello

I say high, you say low
You say why and I say I don’t know, oh no
You say goodbye and I say hello
(Hello goodbye hello goodbye) Hello hello
(Hello goodbye) I don’t know why you say goodbye, I say hello
(Hello goodbye hello goodbye) Hello hello
(Hello goodbye) I don’t know why you say goodbye
(Hello goodbye) I say hello/goodbye

Why why why why why why do you say goodbye goodbye, oh no?

You say goodbye and I say hello
Hello hello
I don’t know why you say goodbye, I say hello
Hello hello
I don’t know why you say goodbye, I say hello

You say yes (I say yes) I say no (But I may mean no)
You say stop (I can stay) and I say go go go (Till it’s time to go), oh
Oh no
You say goodbye and I say hello
Hello hello
I don’t know why you say goodbye, I say hello
Hello hello
I don’t know why you say goodbye, I say hello
Hello hello
I don’t know why you say goodbye, I say hello hello

Hela heba helloa
Hela heba helloa, cha cha cha
Hela heba helloa, wooo
Hela heba helloa, hela
Hela heba helloa, cha cha cha
Hela heba helloa, wooo
Hela heba helloa, cha cah cah

Ces paroles pourraient également être une tentative de propagande de la perfide Albion afin que l’anglais soit davantage utilisé dans les voyages, puisque la plupart du vocabulaire de base y est présenté…

Allez pour compenser je vous copie colle qques textes de mon best of du moment.

Leo Ferré Avec Le Temps ou « Les communistes peuvent quand même faire des trucs »

Avec le temps…
Avec le temps, va, tout s’en va
On oublie le visage et l’on oublie la voix
Le coeur, quand ça bat plus, c’est pas la peine d’aller
Chercher plus loin, faut laisser faire et c’est trés bien

Avec le temps…
Avec le temps, va, tout s’en va

L’autre qu’on adorait, qu’on cherchait sous la pluie
L’autre qu’on devinait au d�tour d’un regard
Entre les mots, entre les lignes et sous le fard
D’un serment maquillé qui s’en va faire sa nuit
Avec le temps tout s’évanouit

Avec le temps…
Avec le temps, va, tout s’en va
Mêm’ les plus chouett’s souv’nirs ça t’as un’ de ces gueules
A la Gal’rie j’farfouille dans les rayons d’la mort
Le samedi soir quand la tendresse s’en va tout seule

Avec le temps…
Avec le temps, va, tout s’en va

L’autre à qui l’on croyait pour un rhume, pour un rien
L’autre à qui l’on donnait du vent et des bijoux
Pour qui l’on eut vendu son âme pour quelques sous
Devant quoi l’on s’traînait comme traînent les chiens
Avec le temps, va, tout va bien

Avec le temps…
Avec le temps, va, tout s’en va
On oublie les passions et l’on oublie les voix
Qui vous disaient tout bas les mots des pauvres gens
Ne rentre pas trop tard, surtout ne prends pas froid

Avec le temps…
Avec le temps, va, tout s’en va

Et l’on se sent blanchi comme un cheval fourbu
Et l’on se sent glacé dans un lit de hasard
Et l’on se sent tout seul peut-être mais peinard
Et l’on se sent floué par les années perdues
Alors vraiment
Avec le temps on n’aime plus.

C’est quand même trés joliment dit… pis tellement vrai. Je sais pas vous mais moi ca m’impressionne les gens qui réussisse a utiliser les mots pour décrire des choses compliquées, ces auteurs qui observent si bien que l’on se dit « putain, c’est exactement ça, en fait c’est normal ce que je vis ». Moi je trouve ca chouette d’autant plus que mon esprit un peu trop rationnel ne me permet pas d’utiliser les mots si ce n’est pour exprimer leur sens premier.
Continuons

NIN Hurts repris par Johnny Cash et assorti d’un clip affreux et risible (enfin je trouve)

I hurt myself today
to see if I still feel
I focus on the pain
the only thing that’s real
the needle tears a hole
the old familiar sting
try to kill it all away
but I remember everything

what have I become?
my sweetest friend
everyone I know
goes away in the end
you could have it all
my empire of dirt
I will let you down
I will make you hurt

I wear this crown of shit
upon my liar’s chair
full of broken thoughts
I cannot repair
beneath the stains of time
the feeling disappear
you are someone else
I am still right here

what have I become?
my sweetest friend
everyone I know
goes away in the end

you could have it all
my empire of dirt
I will let you down
I will make you hurt
if I could start again
a million miles away
I would keep myself
I would find a way

Que dire c’est beau.

Finissons donc sur une note d’optimiste avec l’ami Brassens qui reprend un autre communiste (décidément) quand il chante Il n’y a pas d’amour heureux d’Aragon.


Rien n’est jamais acquis à l’homme. Ni sa force
Ni sa faiblesse ni son cœur. Et quand il croit
Ouvrir ses bras son ombre est celle d’une croix
Et quand il croit serrer son bonheur il le broie
Sa vie est un étrange et douloureux divorce

Il n’y a pas d’amour heureux

Sa vie elle ressemble à ces soldats sans armes
Qu’on avait habillés pour un autre destin
A quoi peut leur servir de ce lever matin
Eux qu’on retrouve au soir désarmés incertains
Dites ces mots ma vie et retenez vos larmes

Il n’y a pas d’amour heureux

Mon bel amour mon cher amour ma déchirure
Je te porte dans moi comme un oiseau blessé
Et ceux-là sans savoir nous regardent passer
Répétant après moi les mots que j’ai tressés
Et qui pour tes grands yeux tout aussitôt moururent

Il n’y a pas d’amour heureux

Le temps d’apprendre à vivre il est déjà trop tard
Que pleurent dans la nuit nos cœurs à l’unisson
Ce qu’il faut de malheur pour la moindre chanson
Ce qu’il faut de regrets pour payer un frisson
Ce qu’il faut de sanglots pour un air de guitare

Il n’y a pas d’amour heureux

Il n’y a pas d’amour qui ne soit à douleur
Il n’y a pas d’amour dont on ne soit meurtri
Il n’y a pas d’amour dont on ne soit flétri
Et pas plus que de toi l’amour de la patrie
Il n’y a pas d’amour qui ne vive de pleurs

Il n’y a pas d’amour heureux
Mais c’est notre amour à tous deux

C’est bien dit.

One Comment leave one →
  1. Anonymous permalink
    janvier 1, 2006 8:44

    énorme le « hello goodbye » Jean Fou! en fin de compte c’est vrai que jpourrais devenir superstar et écrire une chanson à l’aise qui parle de ma confusion intérieure en jonglant avec juste deux ou trois mots :p
    eo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :