Skip to content

Itoura Moussongo

février 2, 2006

C’est en 1999, que par un bel après midi d’été qu’un ami m’appelle et s’écrie au téléphone dans un dialecte de jeune « Jean Fou faut trop que tu viennes chez moi chez enregistrer un pur clip après des clips de métal sur M6″…Surpris d’un tel enthousiasme chez un gaucher, je me fait une queue de cheval, enfile un Tshirt Nirvana et des converses trouées et me déplace dans les rues de mon visage dans une attitude rebelle qui ne manquait pas de provoquer des révolutions culturelles chez mes voisins cultivateurs qui depuis écoutent Dimmu Borgir en sacrifiant du cochon.
Arrivé chez le dit ami gaucher de son état. Je m’installe dans le fauteuil du salon après avoir acquiescé à l’Ice Tea qu’il me propsait et avoir gaulé quelques Pépitos. Le clip précédent se termine (Furia de Mass Hysteria)…le silence est pesant…J’espère que je ne me suis pas déplacé pour un truc naze sinon ça craint, je vais être vénère. Soudainement je comprends que je ne suis pas venu pour rien. Je me sens submergé de bonheur devant ce clip tourné au camescope et ces paroles bourrées de métaphors filées, oxymoron et autres litotes…
Je pense que pour vous profitiez au maximum de l’expérience il serait souhaitable que vous lisiez d’abord les paroles afin de vous mettre dans le bain, même si on ne peut vraiment se préparer à ITOURA MOUSSONGO!

Steph
Itoura Moussongo
(Itoura Moussongo Productions)

Si de ton coté le feu s’est éteint,
La moindre des choses c’était de m’informer.
Au dernier jour la rivière n’était pas si profond(e)
Cela t’a irrité, t’es partie.
Maintenant que le barrage alimente toute la région
Je nage mieux, je n’ai plus de partenaire,
STEPH.

Parles-moi d’amour,
De tes tristesses, tes envies,
Dou, dou, dou, dou, dou ma mie dou,
Dou, dou, dou, dou, dou ma mie dou.

Ha, au bon vieux temps,
Tu étais mienne, j’étais tien.
Y’avait aucune résistance entre nous deux.
Te voilà insensible à mes caresses,
Sur la route les araignées ont tissées
Et cette belle voix d’Elvis qui nous réunissait devant cet écran de télé
Ne te dis plus rien,
STEPH.

Refrain

Viens me parler d’amour, viens me parler d’amour
De tes tristesses, tes envies.
Hum ma mie dou

Refrain

Au rythme du blues nous retrouverons notre amour,
Au rythme du rap nous retrouverons notre amour.
Et moi je retrouverais la joie de vivre.
Viens me parler d’amour, viens me parler d’amour,
De tes tristesses, tes envies,
Hum ma mie dou.

Parles-moi d’amour, de tes tristesses, tes envies,
Dou, dou, dou, dou, dou ma mie dou,
Dou, dou, dou, dou, dou ma mie dou…

Afin que vous soyez completement prêt pour visionner ce clip je vous proposerais de pratiquer quelques baillement factices afin de bien détendre vos zygomatique ainsi que l’articulation de votre machoire. Un accident est si vite arrivé.

Je pense que maintenant vous être prêt pour le clip

Si cet extrait vous a mis l’eau a la bouche le clip est disponible dans son intégralité sur emule.

Pour tout savoir sur ITOURA
Site Officiel
Fan Club

3 commentaires leave one →
  1. matt-b permalink
    février 7, 2006 9:44

    A merci jean fou,

    J’avais presque oublié à quel point c’était beau, j’ai failli en pleurer.
    C’est une sorte de madelaine de Proust musicale…

  2. Jeanfou permalink
    février 7, 2006 12:07

    Je suis content de voir qu’il reste des fans : )

  3. helran permalink
    janvier 23, 2007 8:42

    Ca fait mal au oreille, c’est tellmeent faux.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :