Skip to content

Syllogismes de l’amertume – Cioran

juin 21, 2006

Quelques morceaux choisis de « Syllogismes de l’amertume » de Cioran. Presque toutes les phrases font mouche…

L’esprit est le grand profiteur des défaites de la chair. Il s’enrichit à ses dépens, lasaccage, exulte à sa misère; il vit de banditisme. La civilisation doit sa fortune aux exploits d’un brigands.

Supercherie du style : Donner aux tristesses usuelles une tournure insolite, enjoliver des petits malheurs, habiller le vide, exister par le mot, par la phraséologie du soupir ou du sarcasme.

Dans ce « grand dortoir », comme un texte taoïste appelle l’univers, le cauchemar est le seul mode de lucidité.

Si nous croyons avec tant d’ingénuité aux idées, c’est que nous oublions qu’elles ont été conçues par des mammifères

Pour punir les autres d’être plus heureux que nous, nous leur inoculons – fautes de mieux – nos angoisses. Car nos douleurs, hélas! Ne sont pas contagieuses.

En dehors de la dilatation du moi, fruit de la paralysie générale nul remède aux crises d’anéantissement, à l’asphyxie dans le rien, à l’horreur de n’être qu’une âme dans un crachat.

One Comment leave one →
  1. avril 24, 2011 3:42

    le noir est nécessaire,
    nécessité, même.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :