Skip to content

La maman et la putain

juin 13, 2007

« La maman et la putain » chef d’œuvre des toulousains de Diabologum créé à partir d’un dialogue du film de Jean Eustache.

Cette courte phrase résume à elle seule la schizophrénie et l’ambivalence du rapport homme/femme qui peut être décomposé en deux points:

La putain

Ce cher Darwin l’a dit, l’évolution se fait par sélection car seul les plus aptes à évoluer dans un environnement donné se reproduisent. Chez les animaux nos frères, cette capacité à aller insérer frénétiquement son patrimoine génétique dans le ventre d’une femelle est bien souvent corrélé avec la force physique. Disposition qui a notamment permis d’éloigner les collègues qui en proie à leur testostérone aurait été fort aise de faire eux aussi de besogner l’une des femelles de la horde. Disposition qui a également permis à l’animal de se maintenir en vie, condition sine qua non de la reproduction on ne le dira jamais assez.

C’est sans doute une forme d’héritage de ses principes bestiaux qui conduisit les mâles à se constituer en sexe fort. Il n’y a pas si longtemps la force jouait encore un rôle primordiale dans notre espèce, tout un chacun devait garantir sa propre sécurité et un grand nombre des tâches lucratives impliquaient une force et une résistance toute masculine. Il était donc normal que les hommes aiment à prouver et comparer constamment leur force que ce soit lors de tournois médiévaux ou dans les concours de bras de fer. Il s’agissait alors pour les femmes d’un critère rationnel de sélection de celui qui leur permettrait de mener à bien leur sacro sainte mission de procréation.
Les temps ont changé et la force ne joue plus un si grand rôle dans un monde qui se construit au rythme de millions de doigts heurtant les claviers d’ordinateurs interconnecté et où la bureaucratie a remplacé la chevalerie.
Les temps ont changé mais beaucoup de mâles restent comme inconsciemment liés à ces valeurs qui furent vitales. Les stades de foot dégagent des effluvent de testostérones, la force est transposée dans des symboles tel la voiture qui se doit de mugir et d’être plus rapide que celle du voisin. L’homme est prisonnier de son histoire, condamné à être fort pour assouvir ses besoins sexuels. C’est d’ailleurs autour de ce point central de la vie humaine que l’on retrouve les plus beaux exemples de la primauté de la force dans les qualités masculines, ne dit on pas dans le vocabulaire coïtal que l’homme « possède » la femme qui s' »offre » à lui?

La maman

Derrière ce rapport de force de carnaval, cette comédie qui s’apparente à un secret de polichinelle, la femme semble occuper dans l’ombre un tout autre rôle. Alors que d’une main elle rassure et flatte la masculinité de son bel étalon, de l’autre elle tient les rennes avec un mélange d’autorité et de tendresse toute maternelle. Evidemment tout le monde n’a d’yeux que pour les prouesses physiques du bel étalon et nul ne regarde le nécessaire cavalier qui participe à son orientation d’une main tellement experte que l’équidé jurerait décider seul. J’en conviens le trait est tiré de façon trés grossière mais je crois que cette image caricaturale recèle de quelques vérités. J’en veux pour illustration le comportement des couples qui rentrent dans une salle de spectacle au sein de laquelle je travaille parfois en tant que contrôleur de billet. J’ai observé que, trés souvent, ce sont les femmes qui se présentent et tendent les billets tandis que leurs hommes les suivent d’un air badot . J’ai la curieuse impression que ce bénin exemple témoigne des rapports de force cachés du couple, l’acte est tellement insignifiant que nul ne fait attention à sa lecture, l’apparence baisse les gardes et laisse remonter à la surface la réalité maquillée.

Publicités
One Comment leave one →
  1. Rodrigo permalink
    juin 21, 2007 4:10

    Oi, achei teu blog pelo google tá bem interessante gostei desse post. Quando der dá uma passada pelo meu blog, é sobre camisetas personalizadas, mostra passo a passo como criar uma camiseta personalizada bem maneira. Até mais.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :