Skip to content

Le Banquet de Platon

août 22, 2007

Vous aimez les histoires de spartiates (slang nancéen pour parler de l’homosexualité)ce livre est pour vous!

Agathon fait des pièces de théâtre et même qu’il vient de remporter un franc succès avec sa dernière tragédie. Forcément il fait une méga teuf assorties des libations sans lesquelles une célébration n’en est pas vraiment une. Pas de chance Mr Efferalgan n’était pas né à l’antiquité et le lendemain tout le monde tient une bonne gueule de bois des familles. Forcément dans de telles conditions dur dur de se remettre à l’envers au second banquet le lendemain…

Agathon annonce clairement dès le début des hostilités qu’avec la migraine qu’il se tient il ne vaut mieux pas qu’il picole aujourd’hui, opinion partagée par les convives aux lendemains de cuite difficile. Face à ce constat l’un des invité s’exprime en ces termes (a peu près): « T’es bien gentil Agathon mais si on picole pas on va s’emmerder grave à ta teuf ».

Mr Tabou, Mr Trivial Pursuit et autres inventeurs géniaux ne sont pas encore nés pour sortir Agathon de son embarras…Phèdre, un chic type bourré d’idée tops, propose que l’on passe la soirée à faire l’éloge de l’amour. L’audience répondit à cette invitation en ces termes (a peu près) « Ouaiiss! Trop cool!…mais c’est toi qui commence et après on fait chacun notre tour ».

Phèdre se met alors à célébrer l’amour usant de références mythologiques.

Pausanias prend son tour et annonce que selon lui l’amour est multiple et que ce serait peut être bien de le définit avant que de sortir trop de niaiseries. Il propose qu’il y ai deux amours :
-l’amour celeste est Beau, intellectuel et plutôt homosexuel. Il est motivé par un noble motif par exemple supposer que l’amant pourra nous apporter de la connaissance.
-l’amour populaire lié au corps et plutôt hétérosexuel. Il est motivé par un motif vulgaire tel que l’argent ou le plaisir de la chair.

Euryximaque (à peu près) « ouais, l’amour des gens c’est bien mais l’amour est pas nécessairement limité aux gens ». Il se lance alors dans une énumération d’amours tel que l’amour de la médecine qui se rapporte à l’harmonie entre les différents organes du corps ou l’amour de la musique qui qualifie l’harmonie entre les sons (graves et aigus) et les rythmes (lent et rapide).

« Ouais, c’est bien sympa de discuter du prix de l’oeuf mais en attendant on sait toujours pas d’où vient l’amour! Moi je vais vous raconter » dit (à peu près) Aristophane. « Alors au début, il y avait trois sexes l’homme c’était comme deux hommes actuels dos à dos, la femme idem avec deux femmes et l’androgyne idem sauf qu’il y avait un homme et une femme. Tous ces gusses étaient ronds, pas bourrés hein, ronds… comme une pomme par exemple. Chacun des trois sexes correspondaient à un astre l’homme c’était le soleil, la femme la terre et l’angrogyne la lune.
Ces bonshommes aimaient bien faire les malins, à tel point qu’un jour ça a agacé Zeus qui à dit (à peu près) « me cassent les divines roubignolles ceux là à faire les malins, je vais leur apprendre moi! ». Zwing, il sort les éclairs de leur carquois et se met à couper tous les gens en deux. Et voilà, les moitiés c’est nous et l’amour c’est ce qui nous attire vers la moitié qui nous fut arrachée. Voilà maintenant que ça c’est dit tu peux débiter tes conneries Agathon »

Agathon se lance alors dans une description du dieu de l’amour qui est, forcément, justice, amour et plaisir…

Voilà, le commun a pris la parole, c’est au tour du super héros de parler : « SOCRATE ». Depuis le début du bouquin qu’on attendait qu’il fasse son malin! Pas de problème, on est pas déçu! Il casse tout le monde avec classe « Merde, j’avais pas compris qu’il fallait faire ça…J’aurais su j’aurais pas participé…Moi je croyais qu’il fallait dire la Vérité…Euhhh… Ca vous dérange pas si à la place de dire des conneries pour louer l’amour je dis la Vérité? Parce que dire des conneries je sais pas faire… ». L’audience approuve, forcément c’est le héros.
Alors Socrate nous dit que pour lui l’amour est lié au désir et qu’on ne peut pas désirer quelque chose que l’on a d’où l’amour est lié au manque. Il pense aussi que l’Amour c’est bien parce que l’on aime ce qui est Beau et qu’à l’époque Beau=bien. (je crois). Socrate raconte ensuite ce qu’il a appris d’une sage qui s’appelle Diotime. Oui, les sages ça sait plein de choses, j’en veux pour preuves l’expression « c’est pas au vieux sage qu’on apprend à faire la grimace »!. La vieille lui a raconté que l’Amour ne peut pas être divin puisqu’il est désir de ce qu’il n’a pas, qu’il désir la Beauté et qu’un dieu ne peut pas être laid. Elle voit l’amour comme un intermédiaire entre le mortel et l’immortel, comme cet espace laissé entre les doigts de dieux et de l’homme sur la fresque de la chapelle sixtine. Diotime dit plein de chose, elle raconte aussi que l’Amour est le fils de Poros (Richesse) et Pénia (Pauvreté), c’est donc ici encore ici le fruit de la conciliation de l’inconciliable.
L’Amour c’est un peu le philosophe qui désir acquérir la connaissance qu’il n’a pas alors que les ignorants ignorent qu’ils ne savent pas et que les savants ne cherchent plus car ils détiennent la Vérité.
La vieille tient le crachoire à Socrate qui a du mal à en placer une.
Elle lui explique que l’Amour c’est la recherche de l’immortalité. « Ben oui » s’esclame (a peu près la vieille) « On est d’accord l’amour consiste a vouloir pour toujours ce qui est bon. Si tu aimes le beau, tu as envie qu’il se perpétue. Ben si tu procrées tu le rends immortel parce que tu le transfère! Un peu comme quand tu fais des sauvegardes de tes bouquins aux cas où tu te choperais un virus sur le net ».
Alors un des passages magique du banquet c’est l’enchaînement suivant attention faut suivre c’est chantmé comme dirait ma grand mère qui deal du shit dans le neuf trois.
La « Bonne voie de l’amour » en général ca commence quand trés jeune on aime les beaux corps.(Notons que trés jeunes chez les grecs c’est pédophilie incluse). NECESSAIREMENT les beaux corps ont de belles âmes…Bien sur. Donc FORCEMENT une belle âme est remplie de connaisance et du coup on arrive TRES VITE à aimer une BEAUTE GLOBALE qui est au delà du reste…Oui. On est avant Jesus Christ, avant Hitler et avant Paris Hilton…Ceci explique cela.

Socrate se tait enfin sous les soupirs d’admiration (ou de soulagement allez savoir) des autres convives…Et pouf arrive Alcibiade plein comme une loutre (c’est que ça picole une loutre. Preuve: Une loutre a qui on a piqué sa bouteille.La réalité historique est quand même bien fait, il aurait pu arrivé au moment où quelqu’un d’autre parlait! Non, il arrive juste au moment où il y a un petit creux! En fait, on apprend que Alcibiade il voulait se taper Socrate! Ooooh!! Donc Socrate c’est un spartiate? Oui. Devant vous je viens de trouver le lien entre les Village People (pour le déguisement,la toge c’est un costume de fantôme qui a mal tourné) et Jack Lang (pour le côté cérébral). Le nouveau venu outre d’être cuité et de continuer à picoler veut parler…Alors il se propose de faire l’éloge de Socrate, ce qu’il fait. Grosso modo il dit que c’est Mr Everything is under control en plus de pleins d’autres qualités.

Voilà.

2 commentaires leave one →
  1. Dridy permalink
    août 26, 2007 9:13

    Haha: « Tous ces gusses étaient ronds, pas bourrés hein, ronds… » mais n’importe quoi.
    Jeanfou en prof de philo ça fait un peu comme Joséphine ange gardien avec 40 de QI en plus.

  2. Poncho permalink
    septembre 6, 2007 11:22

    ça c’est spinoza qui l’a dit. faut mettre ses sources dridy

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :