Skip to content

Il faudrait

septembre 24, 2007

C’est en cela précisément qu’elle [la philologie]

est aujourd’hui plus nécessaire que jamais…

au sein d’un âge de “travail”, autrement dit :

de hâte, de précipitation indécente et suante

qui veut tout de suite “en avoir fini” avec tout…

– quant à elle, elle n’en a pas si aisément fini

avec quoi que ce soit, elle enseigne à bien lire,

c’est-à-dire lentement, profondément, en regardant

prudemment derrière et devant soi, avec des

arrière-pensées, avec des portes ouvertes,

avec des doigts et des yeux subtils…

Nietzsche, Aurore, Avant-propos, § 5

Trad. J. Hervier, Gallimard

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :