Skip to content

André et Dorine Gorz sont morts

septembre 29, 2007

Le fondateur du Nouvel Obs c’est donné la mort, je ne connais que rien ou presque de cet homme mais je l’admire pour deux raisons.

Il a su mourir de son vivant. Tous les jeunes en rêves, tous les adultes confrontés à la déliquescence de leurs parents essayent de se convaincre qu’ils en sont capable et in fine trés peu de gens parviennent à le faire.

Cet extrait de lettre qu’il a écrit à sa femme me pousse à la plus grande admiration et me ferait dire « j’ai l’impression que t’avais tout compris Dédé ».

« Tu vas avoir quatre-vingt deux ans. Tu as rapetissé de six centimètres, tu ne pèses que quarante-cinq kilos et tu es toujours belle, gracieuse et désirable. Cela fait cinquante-huit ans que nous vivons ensemble et je t’aime plus que jamais. Je porte de nouveau au creux de ma poitrine un vide dévorant que seule comble la chaleur de ton corps contre le mien. […]Nous aimerions chacun ne pas survivre à la mort de l’autre. Nous nous sommes souvent dit que si, par impossible nous avions une seconde vie, nous voudrions la vivre ensemble. »

4 commentaires leave one →
  1. Poncho permalink
    septembre 30, 2007 8:58

    certes pour se suicider il faut avoir des cojones de toros. de là à l’admirer pour ça… c’est peut-être un peu poussé.
    surtout à cet âge là, je ne vois pas vraiment en quoi il est courageux de mettre un terme à sa vie quand celle-ci est derrière soi même si des choses le retenait encore et que son quotidien ne devait pas être ennuyeux.

  2. Dridy permalink
    octobre 4, 2007 8:21

    Je vois pas en quoi il faut avoir des cojones de toros pous faire ça.

    En sachant qu’en deux minutes grand maximum ça peut être règlé et que par définition quelqu’un qui fait ça n’attend plus rien de la vie (sur l’instant… c’est ce qu’on doit se dire en ce jour malheureux ou ça peut rapidement traverser un esprit)cet acte relève de la rationnalité (enfin dans ce cas) et d’une juste mesure du rapport qualité/prix des instants qu’ils nous restent à passer ici-bas.

    Nos actes n’ont pour seule vocation que de sublimer nos faiblesses, nous les faire oublier et répondent à un besoin de reconnaissance sociale. Lorsque la lucidité d’un être l’amène à se rendre compte de ça, je dirai plutôt qu’un tel acte relève de la lâcheté. Il est biensûr toujours utile dans notre société que de donner un sens profond à cet acte qui pourtant n’est que le reflet d’un profond égoïsme.

    Après je ne peux que te féliciter pour ton cynisme cher Jeanfou. Oublie pas qu’à force d’être cynique on devient complètement vide.

  3. Poncho permalink
    octobre 17, 2007 8:53

    Bien sûr que le suicide est un acte de lâcheté. Mais là où, paradoxalement, il faut être sévèrement burné c’est au moment de le faire.
    Essaie de voir ce que tu ressens au bord du toit d’un immeuble.
    Pour y avoir déjà pensé, tu commences à gamberger à 2000 à l’heure et tu te mets à douter d’une manière puissante.
    Même si en théorie comme tu dis « en deux minutes grand maximum ça peut être réglé » et qu’effectivement, par définition la personne qui veut se suicider n’attend plus rien de la vie, cette personne se met à voir tout ce qu’elle va manquer et ce à quoi elle met un terme définitivement.
    Et c’est là où le doute devient extrêmement fort.

    Plus de la moitié des suicides ou à peu près sont des tentatives, ratées « volontairement », ce sont des appels au secours.

  4. Dridy permalink
    octobre 24, 2007 11:10

    Je crois que la seule chose qui puisse te faire hésiter (quant tu veux vraiment le faire hein pas pour appeller mamie nova au secours) c’est de penser à toute la souffrance que tu vas faire naître,les vies que ça peut bousiller.
    Comme tu le dis très justement beaucoup de gens font des tentatives pour appeller au secours. Bonjour miss hystérie🙂. Il t’a larguée ma pauvre? C’est tous des connards d’façon. T’en trouvera un bien ma puce. Passons.
    Quant à ceux qui sont nés sous le signe du toros, je crois qu’ils savent, comme tout le monde, quels sont les moyens radicaux pour arriver à cette fin. Je suis désolé mais il y a des situations dont un Homme ne peut pas ressortir vivant.
    Ca résulte plutôt d’un choix de la personne de se rater ou pas.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :