Skip to content

Fernando Pessoa – Le livre de l’intranquillité

mai 8, 2009

11
Nous ne nous accomplissons jamais.
Nous sommes deux abîmes face à face – un puits contemplant le ciel.

15
J’ai conquis, un petit pas après l’autre, le territoire intérieur qui était mien de naissance. J’ai réclamé, un petit espace après l’autre, le marécage où j’étais demeuré nul. J’ai accouché de mon être infini, mais j’ai dû m’arracher de moi même au forceps.

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :